MRCY Festival : Une deuxième édition réussi

Brittany Howard
 
Le samedi 26 septembre s’ouvrait à l’Espace Montmorency de Laval la deuxième édition du MRCY Festival. Ce fut l’occasion pour les Lavallois, quelques Montréalais et deux rive-sudiens (moi et le collaborateur Chuck) de venir festoyer en compagnie de plusieurs artistes de talent.

MRCY Festival

Nous sommes arrivés sur le site un peu tard, vers les 18h, mais l’accueil fut chaleureux même si la température commençait déjà à baisser dangereusement à notre goût. L’aménagement du festival était super bien pensé avec deux grandes scènes dans le stationnement du cégep. Il y avait plusieurs lieux pour chiller, relaxer, fumer, prendre un verre et profiter de l’ambiance. La performance de A$AP FERG était solide, mais on avait beaucoup trop faim pour y porter une attention soutenue. Le site ne possédait que trois foodtruck pour les festivaliers. Les files étaient longues, alors nous sommes sortie du site l’instant d’aller nous rassasier au Amir du coin.

En revenant, on a pu apprécier la musique rock, intense, éthérée et presque hypnotique de Local Natives. On est ensuite allés bouncer du côté de Mac Miller pour terminer la soirée en compagnie d’Alabama Shakes et de sa talentueuse, soul, intense, magnifique et débordante de talent, de voix et de présence qu’elle l’excellente chanteuse Brittany Howard.

Avec une programmation aussi solide, un public au rendez-vous et une organisation réussie comme celle-ci (sauf du côté des foodtrucks) le MRCY Festival fait peu à peu sa place parmi les grands festivals que la métropole peut offrir (lire Osheaga et compagnie).

Je serais définitivement présent pour la troisième édition!

MRCY Festival
26 septembre 2015
www.mrcyfest.com

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

MRCY

Rédacteur en chef, webmestre et buveur de café.

Ancien étudiant de littérature, enseignement, histoire, gestion des archives et communication, Alex travaille en plus dans le milieu de la danse contemporaine. Sa vraie passion reste l’écriture pour laquelle il s’adonne en tant que coordonnateur au Québec de la revue française Longueur d’Ondes, en plus d’écrire pour BRBR et Ton Barbier.