L’artiste montréalais FVCKRENDER a créé une oeuvre tous les jours pendant 1500 jours

Fvckrender, Frédéric Duquette de son vrai nom, est un artiste en technologie numérique et un créateur autodidacte montréalais.

Avec une affinité déterminante pour une géométrie architecturale nette, des paysages futurs rayonnants et des arrangements cristallins brillants, ses rendus sont à la fois sombres et futuristes, mais aussi lumineux et incroyables. 

View this post on Instagram

FLOATERS//

A post shared by FVCKRENDER (@fvckrender) on

Après avoir créé une oeuvre par jour pendant 1500 jours, soit 4 ans, l’artiste qui a travaillé pour différents clients comme Le Cirque du Soleil, Lil Nas X, Skillex, Puma et plusieurs autres, a décidé de se lancer dans d’autres projets.

Plus tôt cette année, il avait même créé plusieurs filtres instagram très populaire.

J’ai décidé de lui poser quelques questions sur son défi de création et son processus créatif.

 

1. Pourquoi t’être lancé dans un défi pour créer chaque jour une oeuvre? 

En fait, je voulais vraiment apprendre à faire de la 3D et de l’art en général. Durant toute ma vie, ça été pas mal le même processus si je voulais apprendre quelque chose : je dois le faire au maximum, à tous les jours et à toutes les heures de la journée.

Pour moi, c’est la façon la plus pratique d’apprendre. C’est comme ça que je fonctionne. Je me suis inscrit à l’école trois fois, et j’ai été refusé les trois fois. Donc, je n’avais pas trop le choix de faire ça, haha.

 

2. Quel a été le plus grand défi pour réaliser cet objectif ?

Je pense que le plus grand défi c’était de publier un artwork qui ne me plaisait pas vraiment. Je me rappelle dans mes débuts, je passais 12h par jour et je n’étais pas trop satisfait avec ce que je faisais. Je me comparais aussi beaucoup avec les tops 3D artistes, donc c’est sur que ce n’était pas l’idéal.

Mais ouais, je dirais que mon plus grand défi a été d’apprendre à laisser-aller même si je n’étais pas 100% fier. De plus, souvent ceux que j’aime le moins sont ceux que les autres apprécient le plus!

 

3. Es-tu plus créatif qu’avant?

Clairement. La créativité ce n’est pas quelque chose d’inné. Je ne crois pas en ça. Je pense que ça se développe. Je n’étais pas vraiment créatif avant ça en termes d’art, maintenant, si j’ai une bonne journée, je peux finir un projet qui prendrait 2 semaines en seulement 2 jours.  Comme ce projet que j’ai fait pour Lil Nas X qui m’a pris environ 18 heures au total à faire.

https://www.instagram.com/p/By-szQPlu9W/

4. Avais-tu une méthode de création ?

Je n’ai pas vraiment de méthode de création, mais je suis très fort au niveau de ma routine matinale. Premièrement, mes heures de travail sont de 6 am à 11 am. Je ne travaille plus de soir, car je suis 1000 fois plus productif et créatif en matinée.

Donc chaque matin, je me lève et je sors mon chien. Je bois deux verres d’eau et je me fais un curcuma latté (je ne bois pas de café contrairement à toi haha, et aucun thé non plus.)

Ensuite, je suis prêt à commencer ma journée de travail.

J’aime bien faire un petit ménage de mon bureau avant de débuter, je regarde mes courriels en premier. Ensuite, je regarde ma petite liste de choses à faire que j’ai préparée la veille et je regarde aussi ma liste de buts que je me suis faits au cours des années pour juste être sûr que je reste sur la track.

 

5. Il se passe quoi dans ta journée après ton 6@11 ? Tu travailles encore, mais moins bien?

Je fais complètement autre chose : je vais au gym, je vais marcher dans la forêt ou sur le bord de l’océan, je vais au parc à chien. Je fais juste me régénérer.

Avant, je faisais 80h semaines à juste faire de la 3D et je mettais tout le reste de coté. Malheureusement, jamais je n’aurais pu y croire, mais j’ai fait un burnout l’hiver passé. J’ai donc décidé de vraiment plus prendre soin de moi.

Maintenant, je travaille entre 20h et 40h par semaines maximum. Parfois, je fais encore du 50h si j’ai vraiment trop de projets en même temps, mais j’essaie de ne pas exagérer

6. Comment affrontais-tu le syndrome de la page blanche ?

Ça, c’est vraiment le pire, et je pense que c’est malheureusement impossible à surmonter. En tout cas, même après 10 000 heures, j’ai encore le syndrome de la page blanche, et ce quasiment tous les jours haha.

Par contre, ce que j’ai découvert, c’est que de changer de médium parfois ça ouvre d’autres portes. Quand tu changes complètement de style et de concepts, ça aide.  Ça ouvre d’autres portes.

Je pense aussi que l’important c’est de laisser ton cerveau s’amuser. La page blanche arrive quand tu te mets trop de pression, quand tu doutes de toi même et quand tu te compares aux autres.

  

7. Au-delà de cet objectif, tu créais quand même d’autres oeuvres pour des clients? Est-ce que ça te nourrissait ou t’empêchait d’avoir d’autres idées?

Ça dépend vraiment à quel point je travaille, honnêtement, mais en général, certains projets pour mes clients pouvaient vraiment m’inspirer à faire quelque chose de fou pour mon projet personnel. Je dois aussi dire que les gens qui m’engagent, c’est parce qu’ils veulent ce que je fais. J’ai rarement des projets qui me font chier ou que je ne suis pas content de faire. À moins que ce ne soit trèssssss payant haha, mais même là, je trouve toujours du plaisir dans ce que je fais.

 

8. Pourquoi arrêter ton projet?

J’ai eu ce que je voulais. Maintenant, c’est la phase numéro deux. Je veux faire de plus gros projets personnels. J’ai un short film qui s’en vient que je vais broke down en short clip.

Je veux faire des collaborations artistiques avec des brands et des amis. Je vais encore créer des artwork sûrement une fois, deux fois ou trois fois par semaine. Je veux juste mettre plus d’amour dans mon travail au lieu de release pleins de artwork que je ne suis pas 100% satisfait. C’était parfait pour apprendre, mais je suis rendu ailleurs.

Je compte aussi beaucoup voyager, donc ça m’enlève une méga grosse pression.

 

9. En plus de LilNasX, je sais que tu as fait plusieurs oeuvres pour des artistes ou de gros médias, lesquels étaient les plus bigs / nice / intéressants?

 

Shit, bonne question!

Lil Nas X, c’était en collaboration avec Cardi B donc c’est assez fou haha!

Sinon, j’ai travaillé avec Hypebeast, Dior et Swarovski.

J’ai un projet avec Grimes qui devrait voir le jour je sais pas quand.

J’ai aussi fait une collaboration que j’ai pas mal aimée récemment avec Highsnobiety et Puma. Ils m’ont demandé de faire un sneaker dans mon esthétique.

 

 

J’aime vraiment work avec des brands et jouer dans mon carré de sable avec leurs projets. J’ai fais un fou projet aussi avec Harper’s Bazaar, ça c’était un des projets que j’ai trouvé le plus technique à faire, mais j’ai vraiment appris et aimé le faire!

Je suis aussi nouvellement art director pour la prochaine tournée de JaiWolfX, ça, c’est vraiment là ou je m’enligne le plus en niveau de ma carrière.

Je m’occupe aussi des prochains artwork pour ma bestie Tokimonsta! Je pourrais name drop toute la journée, je suis vraiment reconnaissant d’avoir les clients que j’ai honnêtement.

 Je te fais une liste des clients que j’ai eu qui sont intéressants (j’en oublie sûrement) : Skrillex, Northlane, Damian Lazarus, Lebron james, Redbull music academy australia, Primitive skateboard, ( design pour paul rodriguez et wade desarmo), The Beatles, L’Oréal x Karl lagerfeld, Ardalan, Lil Tracy, Skimask the slumpgod & danny wolf, Lil skies, Lil pinch, 88glam, crocs (lol), Glitchmob, Ilovemakkonen & gucci mane ainsi que plusieurs autres.

 

Suivez son art et voyez ses oeuvres sur instagram @fvckrender.

Et visitez son site web : fvckrender.bigcartel.com.

 

Source photo : @fvckrender.

Comment affronter le syndrome de la page blanche et réussir à créer?

Ça arrive à tous les artistes. C’est inévitable. Votre cerveau s’est transformé en purée, vous n’avez plus aucune idée dans la tête et vous voulez jeter l’éponge?

C’est le syndrome de la page blanche. Tous les écrivains le subissent. Mais pas seulement ceux qui écrivent, tous les créateurs plutôt. Que vous soyez artiste visuel, musicien ou que vous penchez sur une dissertation sur le Moyen-Âge pour votre maîtrise en histoire, il y a toujours un moment où l’inspiration s’en va.

Ce que vous en faites, c’est ce qui compte vraiment. Avant de parler de solutions, parlons du problème.

Causes courantes du blocage de l’artiste

Il y a plusieurs raisons qui peuvent expliquer votre blocage, mais voici les plus courantes:

Timing: Ce n’est tout simplement pas le bon moment pour écrire. Vous pensez à d’autres choses et vos idées ne sont pas cohérentes. Vous devrez réfléchir un peu plus avant de créer.

Peur: De nombreux artistes ont peur d’avoir peur. C’est-à-dire qu’ils ont peur que leurs oeuvres ne plaisent pas. Ils ont des réticences que tous puissent voir leurs travaux et qu’ils se fassent ainsi critiquer. La peur est l’une des principales raisons pour lesquelles certains artistes n’arrivent pas à créer et ainsi devenir des artistes.

Perfectionnisme: Certains pensent que tout doit être parfait avant de mettre un stylo sur le papier ou de toucher un clavier. Vous essayez de rendre tout parfait dans votre tête avant de commencer et vous ne commencez donc jamais.

 

Alors, comment pouvons-nous vaincre le blocage?

C’est une question difficile à répondre et qui s’applique différemment selon chaque situation. J’ai personnellement été aux prises avec le blocage de l’artiste à plusieurs reprises et chaque victoire était différente.

C’est le problème de la création: c’est un art, pas une science. Et vous devrez l’aborder comme tel. Il n’y a pas de solution miracle, sauf une seule : essayer, se tromper, recommencer.

Commencez à essayer des trucs. Trouvez la solution pour vous et pour votre problème. Le truc est de trouver quelque chose qui fonctionne pour vous.

 

Solutions créatives au blocage de l’artiste

Voici quelques idées pour vous aider à gérer votre constipation créative:

  • Aller se promener.
  • Éliminez les distractions.
  • Faites une activité sportive. (J’aime courir.)
  • Jouez. (Je fais parfois des séances de Jeux vidéo de 15 à 30 minutes.)
  • Changez votre environnement.
  • Lisez un livre.
  • Utilisez la méthode d’écriture automatique (créé n’importe quoi, mais créer!).
  • Écoutez de la musique (j’ai personnellement plusieurs excellentes playlists Spotify en mode chillbeat).
  • Préparez du café (mon préféré).
  • Créez une routine. De nombreux artistes ont des routines quotidiennes pour convoquer la muse.
  • Passez du temps avec quelqu’un qui vous fait du bien et vous nourrit de façon créative.
  • Appelez un vieil ami.
  • Faites un remue-méninges de vos idées, par points.
  • Lisez des citations inspirantes pour vous aider à démarrer.

 

Les possibilités sont infinies, mais le mouvement est essentiel. Vous devez générer un élan pour sortir de votre blocage. Vous devez faire quelque chose.

Le pire du syndrome de la page blanche est de rester devant la page blanche en pensant que quelque chose va se produire : une illumination, un miracle, des mots ou des lignes qui vont se former d’eux même. Ça n’arrivera pas.

Bougez.

Et avant que vous ne le sachiez, votre blocage sera un lointain souvenir et vous ferez ce que vous pensiez autrefois impossible. Vous allez créer.

 

La solution infaillible : créer

Si vous n’êtes toujours pas satisfait, sachez qu’il existe une solution miracle. En effet, vous connaissez déjà le moyen le plus sûr de surmonter le blocage de l’artiste. En fait, vous l’avez évité pendant tout ce temps, car c’est précisément ce que vous ne voulez pas entendre.

Commencez quelque part, n’importe où. Écrivez quelques lignes. Esquissez quelque chose. Jouez quelques notes. Ne pas trop y penser ou faire d’annonces fantaisistes. Créer. Ce n’est pas nécessaire d’être éloquent ou présentable ou même bon; ça doit juste être écrit…

Créer pour la joie de créer.

 

Vous pouvez créer. Tapez juste quelques mots. Ils ne doivent pas être bons (tous les premiers brouillons sont nuls). Cela doit juste être écrit. Ensuite, vous avez quelque chose à travailler. Vous pouvez modifier à partir de là. Faites une esquisse, puis une seconde et pourquoi pas une troisième?

Si vous faites cela, vous allez arrêter de penser à votre blocage. Je vous le promets.

La différence entre les artistes professionnels et les amateurs est la suivante: les deux rencontrent des obstacles, mais l’un passe au travers tandis que l’autre devient paralysé.

Vous pouvez le faire. Créez.