UUBBUURRUU – Swamp ritual

Crédit : Laurence Eulalie
Crédit : Laurence Eulalie

UUBBUURRUU

La bande de vilains garnements punk rock d’UUBBUURRUU qui joue un rock vintage remarquable vient de lancer un premier opus sur l’étiquette montréalaise Kapuano records en septembre dernier.

Formé de Joey Napoleon, Maxime Hébert, Sean Cary Barnard, Sam Gemme, et Vick Trigger le groupe offre Swamp Ritual EP, un album qui mélange shoegaze, rock psychédélique, funk, reverb, fuzz, guitares électriques (et même acoustique avec harmonica sur la très charmante et douce Dear God) avec quelques influences possibles d’hallucinogènes ou de rêves cosmiques et transcendants. Imaginez Les Deuxluxes (voix féminine en moins) qui font un set avec Corridor.

Cosmique

Absorbant, pas tout à fait hypnotique, mais très intéressant, l’album navigue dans des eaux hybrides du psychédélique rock du début des années 70, tout en prenant quelques distorsions rock-shoegaze des années 90. On aime les ambiances lourdes, les guitares toujours pesantes, les mélodies lancinantes, les claviers tordus. C’est un peu sale, dans le genre j’ai pris une douche de bières et dormi dans une ruelle. Certaines pistes telles que Cosmic Cannibalism ou I Don’t Mind vont droit au but avec leurs riffs heavy-light alors que certaines sont plus shoegaze, voir grunge. Encore une fois, j’aime beaucoup la Dear God qui commence par «Got bitches in my head» dans un style ballade-country-alternatif.

Les cinq garçons nous apprennent qu’il ne faut pas se cantonner à un genre quand on est bourrés de talent et d’ambition comme eux.

Suivez UUBBUURRUU sur leur compte Facebook.

Photo: John Londono
Photo: John Londono
Rédacteur en chef, webmestre et buveur de café.

Ancien étudiant de littérature, enseignement, histoire, gestion des archives et communication, Alex travaille en plus dans le milieu de la danse contemporaine. Sa vraie passion reste l’écriture pour laquelle il s’adonne en tant que coordonnateur au Québec de la revue française Longueur d’Ondes, en plus d’écrire pour BRBR et Ton Barbier.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *