5 questions à se poser avant de lancer un site de contenu ou un blogue

Mon ami Carl Constant est entraîneur privé. Travaillant et débrouillard, il a lancé son propre site web carlconstant.ca pour faire la promotion de ses services de coaching et propose des entraînements privés personnalisés et des plans d’entraînement sous forme d’article de blogue ou de vidéo.

Pour l’aider à améliorer son site web, ses contacts, son exposure et son contenu, il m’a posé plusieurs questions auquel j’ai répondu. Je vous partage dans ce billet de blogue 5 des questions qu’il m’a posées en lançant son site.

 

Source : @Carl.Constant

 

1. Quelle est la chose à prioriser absolument lors du démarrage d’un blogue/site?

On hésite souvent à se lancer, en attendant le moment parfait, le contenu parfait ou le matériel parfait. Mais en fait, même si on n’est pas 100% prêt, il faut se lancer. Ce qu’on va faire au début ne sera jamais aussi bon que ce qu’on va faire dans quelques mois.

Après s’être lancée, ce qu’iI faut prioriser est de faire beaucoup de contenu, publier sur toutes les plateformes et interagir avec sa communauté. Il faut prouver qu’on est vivant et actif.

2. Comment obtenir des marques, des places ou des invitations pour des lancements de produits ou des ouvertures d’établissement; en vue d’écrire sur le sujet et ainsi faire leur promotion ?

Quand j’ai commencé mon premier site web qui parlait de musique, j’ai commencé à écrire à propos des albums que j’achetais. Plus j’en faisais et plus les compagnies de disques ont commencé à m’envoyer des albums ou à m’offrir des opportunités d’entrevues avec leur artiste.

Donc plus on en fait et plus on en reçoit. Mais pour commencer quelque part, il faut parler des marques ou des produits que l’on aime (ou que l’on n’aime pas, mais tout en étant critique).

Source : @Carl.Constant 

3. Faut-il alterner articles et vidéos comme contenu ? Et à quelle fréquence hebdomadaire ?

Plus on fait de contenu, mieux c’est. C’est sur que l’idée c’est de ne pas trop s’épuiser et que ce soit quand même rentable niveau temps/effort. Il faut essayer de varier les types de contenu.

Dans tous les cas, si on fait une vidéo, on n’a pas le choix d’en faire un article pour dire qu’on a fait une vidéo. Mais prenons l’exemple de Carl, si sa vidéo contient 5 entraînements. Il peut aussi faire 5 articles qui détaillent chacun des entraînements et mettre la vidéo dans chacun des articles. Comme ça on rentabilise le contenu.

Concernant la fréquence, plus on en fait, mieux c’est. Mais l’idée c’est d’être constant et récurrent. Disons un texte tous les lundi et vendredi et au milieu de la semaine une vidéo est un bon ratio pour débuter.

 

4. Faut-il d’abord créer du contenu pour promouvoir de manière gratuite les marques et places (afin de faire grossir l’audience). Puis par la suite, rendre cette visibilité payante?

Parler d’une marque ou d’un produit est devenu très fréquent depuis l’apparition des influenceurs il y a de cela quelques années.

Si on veut travailler avec des compagnies et créer des partenariats, il faut effectivement parler de produits que l’on aime de façon gratuite. C’est dans l’idée de créer une expertise et une certaine crédibilité auprès de son audience. Rares sont ceux qui veulent avoir l’air de vendu dès le début.

Toutefois, rien n’empêche de trouver des clients dès maintenant si on a des opportunités.

Aussi, il y aura toujours du monde et des compagnies qui voudront que l’on parle d’eux de façon gratuite. On peut le faire, mais cela peut faire perdre beaucoup de temps et d’énergie. Il suffit de choisir ses combats selon ses intérêts et les avenues d’opportunité pour la suite.

 

Source : @Carl.Constant

 

5. Comment avoir l’accès média pour accéder à des événements?

Ça, c’est plus facile que l’on pense. Soit on te l’offre, soit tu la demandes. Peu importe l’événement, il y a toujours une personne à contacter ou une section “média” sur le site web de l’événement où tu peux poser tes questions et envoyer un message.

Mais sachez qu’ils s’attendent toujours à une couverture ou une mention en échange, que ce soit avant ou après l’événement, alors soyez prêt.

 

Visitez carlconstant.ca pour voir si mes conseils ont porté fruit et si jamais vous cherchez un entraîneur !

Jour 70 : profiter du confinement pour se créer de nouvelles habitudes de vie

Dans un article du Los Angeles Time intitulé Not everyone hates being stuck at home. Some people are thriving, l’auteur Molly Creeden fait remarquer que malgré tout ce que la planète vie en termes de difficulté sanitaire, humanitaire et d’anxiété face au confinement forcé, d’autres vivent très bien leur confinement.

Même que pour ces personnes, le confinement serait positif.

En effet, on en parle peu, mais pour beaucoup de personnes le confinement a quelque chose de positif : plus de temps pour prendre soin de soi, de son intérieur et des projets qui ont de l’importance.

Est-ce votre cas?

Certaines personnes ont découvert les joies de se faire à manger, d’autres ont pris en main leur santé en allant courir, en s’entraînant ou en faisant du yoga. D’autres se sont mis à la lecture, ont pris des cours en ligne et ont développé de nouveaux skills.

J’ai interrogé ma communauté à ce propos.

Pour Marrie-Ève Larente, Photographe professionnelle spécialisée en Marque personnelle, le confinement est positif si on veut voir que c’est positif. «Je trouve que c’est un excellent moment pour ajuster ou améliorer nos services (pour l’entreprise) ou pour instaurer une nouvelle routine de bien-être. Il m’a permis de créer un superbe produit, je me suis remis au sport doucement et à la lecture. L’inspiration et la création sont au rendez-vous.»

Pour Myriam Plamondon, Coach & Fondatrice de TalentFou.com, elle se reconnaît là-dedans. « Je suis bien chez moi. Je passe énormément de temps à travailler sur ma nouvelle entreprise, je jardine, je fais du pain, j’ai fait des petites rénovations dans la cuisine, je prends des marches… Plein de projets et d’opportunités de prendre soin de moi. »

Pour ma part, j’ai tenté de me mettre à la course, mais comme avant, je ne suis pas constant.

Avec un bébé qui s’en vient, j’ai évité de me lancer dans 1000 projets.

Je prends le temps de relaxer, de lire un peu, de prendre soin de ma maison, de développer un petit jardin intérieur en cumulant les plantes et en les entretenant.

J’écris beaucoup, même à tous les jours.

Et j’apprends l’espagnol sur Duolingo, ça m’occupe de 5 à 15 minutes par jour.

Apparemment que ça prend 21 jours pour se créer une nouvelle habitude, le croyez-vous ?